L’OR DES PHARAONS 2500 ans d’orfèvrerie dans l’Egypte ancienne

Exposition au Grimaldi Forum Monaco du 7 juillet au 9 septembre 2018

« En Egypte l’or pur est comme la poussière des chemins…Il faut que tu m’envoies la même quantité d’or que ton père ! » Ainsi s’exprimait un prince oriental écrivant au pharaon vers 1350 avant JC.

Pour sa grande exposition estivale 2018, le Grimaldi Forum Monaco renouera avec une thématique égyptienne qu’il avait déjà abordée avec succès en 2008 avec l’exposition« Reines d’Egypte ». Du 7 juillet au 9 septembre 2018, l’exposition L’OR DES PHARAONS réunira plus de 150 chefs-d’œuvre du musée du Caire et présentera une série d’ensembles prestigieux découverts dans les tombes royales et princières de l’Egypte pharaonique. Dix ans plus tard, le Grimaldi Forum retrouvera ainsi l’expertise de la commissaire d’exposition Christiane ZIEGLER, Conservatrice d’exposition, Directrice honoraire du Département des Antiquités Egyptiennes du Musée du Louvre, Directrice de la publication de la Mission archéologique du Musée du Louvre à Saqqara (Egypte) et Présidente du Centre d’archéologie, Memphite.

Le mythe d’un eldorado égyptien remonte à la lointaine antiquité. Les déserts environnant la vallée du Nil recélaient d’abondantes richesses minérales, d’autres arrivaient par les voies commerciales; avec l’établissement d’un empire égyptien, le pharaon levait de lourds tributs sur ses vassaux qui affluaient vers le trésor royal et celui des grands temples, en particulier celui d’Amon de Karnak. La Basse Nubie livrait annuellement 250 kilos d’or au temple de Karnak sous le règne de Thoutmosis III.

Des découvertes aussi fabuleuses que celles de la tombe de Toutankhamon ou les trésors de Tanis n’ont pas manqué de renforcer ce mythe. De même que les trésors enfouis dans les tombeaux des pharaons appartiennent à notre imaginaire collectif, ces bijoux d’or souvent rehaussés de pierres de couleurs intenses : lapis-lazuli bleu foncé, feldspath vert, cornaline rouge, vases façonnés dans l’or témoignent du faste de la vie des rois et de leurs courtisans.

images.jpeg
Les plus anciens datent de la première dynastie avec les bracelets du roi Djer découverts dans sa tombe d’Abydos. L’orfèvrerie du temps des pyramides est illustrée par les bijoux d’or du roi Sekhemket provenant de sa pyramide de Saqqara et un ensemble ayant appartenu à la reine Hetephérès, mère de Khéops, enterrée au pied de la grande pyramide de Giza; on admirera particulièrement ses bracelets d’argent, le métal le plus prisé, incrustés de papillons. A Dachour et Illahoun, les pyramides des souverains de la XIIème dynastie ont livré des parures appartenant à des princesses de la famille royale : pendentifs « pectoraux » ajourés, ceinture d’orfèvrerie et délicats bracelets témoignant du raffinement de cette époque qui est considérée comme l’apogée de la joaillerie égyptienne.

Avec l’ensemble de la reine Iah-hotep, mère du pharaon Amosis, découvert dans la nécropole de Dra Abou’l Naga, sur la rive Ouest de Thèbes, s’ouvre le Nouvel Empire : miroir à disque d’or, lourds bracelets, collier « large » illustrent la magnificence de la période. Malheureusement les tombes de ces grands souverains creusées dans les falaises de la Vallée des Rois ont été pillées sans scrupule dès l’Antiquité. On peine à imaginer les trésors évanouis que recélaient les tombes de grands monarques tels Chéops, Thoutmosis III ou Ramsès II… Une parure ouvragée, diadème et boucles d’oreilles, appartenant à un enfant royal de la XXème dynastie provient d’une cachette du même lieu. Et s’il ne comporte pas de bijoux remarquables, le mobilier funéraire de Youya et Touyou, beaux parents d’Amenhetep III, qui eurent le privilège d’être inhumés dans la Vallée des Rois est véritablement royal : sarcophage, masques funéraires et meubles plaqués d’or.
images-1.jpeg
Les sépultures royales découvertes en 1939 à Tanis dans le delta ont fourni une masse de bijoux et d’orfèvrerie datant des environs de l’an 1000 avant J.C. Pharaons peu connus, Psousennès Ier et Chéchanq III avaient emporté dans leur tombe des trésors qui rivalisent avec celui de Toutankhamon : sarcophage d’argent, masques d’or, bijoux, vases précieux… Ainsi s’achève chronologiquement notre parcours, les tombes des souverains postérieurs n’ayant pas été identifiées à l’exception de celles des pharaons d’origine soudanaise qui se feront enterrer dans leur pays.

Au-delà d’une présentation de somptueux ensembles illustrés de documents retraçant leur découverte, l’exposition interroge également le statut de ces œuvres qui sont une des formes d’expression artistique les plus anciennes et les plus universelles ; ce qu’elles nous révèlent sur l’identité, la valeur, le rite, le corps, sur
leur importance sociale et économique.

Réservés à une élite, et en premier lieu aux dieux (offrandes, matériel liturgique, obélisques, éléments d’architecture des temples plaqués d’or … etc.), l’orfèvrerie et les bijoux portés par les hommes comme par les femmes sont des attributs du pouvoir, parfois un signe d’extrême distinction. Ces bijoux sont dotés d’une grande valeur marchande dans une société qui ignore alors la monnaie (d’où le pillage des tombes dès la plus haute antiquité) et d’une exceptionnelle valeur magique (liée à leur matériau, leur couleur et leur décor).

La production de cette joaillerie met en œuvre l’emploi de matériaux précieux et la maîtrise de techniques élaborées, une chaîne humaine hiérarchisée qui va du pharaon, seul possesseur des richesses du pays, au modeste « fabricant de colliers » en passant par les escouades de mineurs et les scribes comptables de l’or.

D’une portée hautement sacrilège, le pillage des tombeaux royaux sera également abordé dans l’exposition. Une exceptionnelle documentation sur papyrus relate les nombreux procès ayant eu lieu dès la fin du Nouvel Empire. Elle concerne les temples thébains et les tombes de la Vallée des Rois, avec force détails sur les gangs de voleurs, la corruption des plus hauts responsables, la description des pillages, la quantité d’or arraché et fondu avant d’être réparti entre les complices.

Certaines tombes échapperont toutefois à la convoitise des pilleurs révélant ainsi des pièces insignes qui figurent parmi les plus éblouissantes pièces d’orfèvrerie qu’aient livrées l’Egypte ancienne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s