Pascal Allaman – Architecture d’intérieur – Design pour l’Hôtel Five Seas à Cannes

Pascal Allaman refait le lobby de l’hôtel FIVE SEAS à Cannes :

Capture d’écran 2017-06-23 à 15.34.14.png

Capture d’écran 2017-06-23 à 15.34.26.png

Capture d’écran 2017-06-23 à 15.34.37.png

Capture d’écran 2017-06-23 à 15.34.45.png

Capture d’écran 2017-06-23 à 15.34.53.png

 

Une justesse audacieuse

Capture d’écran 2017-06-23 à 15.32.52.pngIl a l’âme d’un rénovateur respectueux du passé, amoureux des belles matières et des lignes épurées, des univers sur lesquels plane la poésie d’aujourd’hui. « Je n’ai jamais vraiment cherché à me définir par un style, confirme-t-il, mais plutôt à réagir à une demande, à un rêve, à un espace ». Belle leçon d’humilité pour cet architecte d’intérieur et designer qui réalise avec la même passion hôtels de luxe, restaurants, bureaux, sièges sociaux et appartements privés. Pascal Allaman donne à tout ce qu’il dessine une douceur et une chaleur naturelle, et réalise des architectures intérieures contemporaines et lumineuses qu’il décline dans une subtile palette de tonalités sable ponctuée de touches de couleurs. Leçons qu’il applique aussi bien aux intérieurs XVIIIe que contemporains.

« Aujourd’hui, le luxe n’est plus une histoire de coût ou de surenchère décorative, analyse-t-il, mais il réside plutôt dans les détails, dans l’association des matières, des textures, des brillances et des matités. »

 

SA PREMIÈRE PASSION
Son goût pour les lignes épurées, les matières nobles, du détail et des finitions irréprochables, le décorateur l’a fait mûrir grâce à sa première passion, la tapisserie et la passementerie qu’il étudia après ses études secondaires. « Ce fut une excellente formation pour tout ce qui s’en suivit » reconnaît-il.
FORMATION ET PREMIÈRES EXPÉRIENCES
Homme de challenge, il s’oriente ensuite vers l’architecture d’intérieur et poursuit de 1983 à 1985 son cursus à l’ESAM (Ecole Supérieure des Arts Modernes). Diplôme en poche, il rejoint alors deux agences phares parisiennes, Michel Boyer et Didier Gomez, et collabore à des chantiers de prestige, comme le siège social de LOUIS VUITTON, VIVENDI, LVMH, mais aussi des hôtels et des appartements privés. En 2000, il fonde son agence et réalise le siège social de l’assureur EULER HERMES SFAC, le concept des boutiques de haute horlogerie BLANCPAIN, propriété du groupe SWATCH.

 

SES REALISATIONS
Sa rencontre avec Grace Léo marque le début d’une collaboration avec le groupe GLA Hôtels, avec entre autres, la rénovation de l’hôtel Marriott sur les Champs-Elysées. Suivent la création du restaurant Thai Gardens à Sao Paulo, la rénovation de la Résidence Le CLARIDGE sur les Champs Elysées à Paris et tout dernièrement une résidence hôtelière à la Défense. Des réalisations qui s’inscrivent dans la philosophie de ses trois derniers chantiers, les hôtels Bel Ami et Montalembert à Paris ainsi que des bureaux avenue de Messine.
Sans oublier le mobilier qu’il dessine parallèlement pour la marque HC 28.
Pascal Allaman n’a jamais approché l’hôtellerie d’un point de vue uniquement commercial ou professionnel mais a toujours veillé à lui donner une âme. Et c’est la raison pour laquelle il est aujourd’hui extrêmement sollicité pour réaliser de plus en plus d’appartements et de résidences privées.
SA DEMARCHE
Un projet commence toujours par une rencontre entre un client et un lieu. Apres une première phase d’apprivoisement, et une promenade mentale dans l’espace afin de mieux comprendre le lieu et répondre à la personnalité de son propriétaire, il réalise un premier dessin.
Ouvrir des baies, modifier des cloisonnements, abaisser ou supprimer des plafonds, jouer sur les lumières naturelles et artificielles… deviennent alors des étapes censées se faire oublier, pour donner l’impression que tout existait déjà.
Car l’essentiel est de créer une émotion, raconter une histoire.
Le choix des matériaux s’impose alors comme une évidence car ils participent à l’esprit du lieu, à son histoire, à son émotion.
SES INFLUENCES
Pascal Allaman est très influencé par la période des Arts décoratifs des années 1940 et par la qualité des réalisations des décorateurs tels que Jean Michel Franck, Jean Royère, Alberto Giacometti, les Américains Paul Evans, Robsjohn Gibbings…
Il s’inspire du paysagiste Russell Page pour son style très particulier mélangeant jardin à la française, plans d’eau et association de végétaux.
Il est très sensible au travail de l’architecte Sri lankais Goeffrey BAWA qu’il a découvert à l’occasion d’un voyage, pour son architecture flirtant avec la nature.
Les pièces imaginées par le couturier Dries van Noten, le passionne également, pour leur univers hors du temps, la richesse des couleurs, des motifs, des matières, de la passementerie.
Côté art, Pascal Allaman entretient une passion pour les peintres préraphaélites comme Edward Burnes Jones, Dante Gabriel Rossetti, Gustave Moreau, notamment pour leur palette de couleurs, la qualité et le lyrisme du trait.
Il garde particulièrement en tête une exposition à Birmingham qui leur était consacrée.
Pour finir, côté architecture, la Grèce antique le captive, pour la maitrise des proportions et des lignes, toujours d’une grande modernité.

 

SON INCLINAISON POUR L’ARTISANAT
De sa première passion pour la tapisserie, il a conservé une proximité et une relation privilégiée avec le monde des artisans d’arts, ces personnages clé dans l’aboutissement d’un projet. Il s’entoure également des plus beaux métiers d’art pour confectionner ses meubles. Il pense en particulier à : L’atelier de Pierre BONNEFILLE pour ses patines réalisées avec des pigments et des matières naturelles. Les Ateliers FORGE DE STYLE, pour son travail tout en finesse des métaux et ses finitions subtiles. L’atelier MERIGUET-CARRERE, pour ses décors peints. La créatrice Sénégalaise AISSA DIONE, pour ses tissus en coton uni ou à motif flamboyants.
SES MATIERES
Pascal Allaman aime le mélange des genres et des époques, le contraste des matières comme le bronze, les bois précieux, les marbres et les pierres, des matières chaleureuses et authentiques associées aux métaux dorés, argentés, chromés ou en inox. Il affectionne de même tant les lainages, le lin, la soie que le velours, le crin de cheval. Chacune de ces matières enferme une émotion et avec elle commence alors le jeu infini et passionnant des assemblages pour donner un esprit, une personnalité, une typicité à un lieu.
SES COULEURS SIGNATURE
Les sables, beige, crème, taupe pour leur sérénité et leur faculté à s’associer avec des couleurs fortes. Les ocres rouge et jaune, les oranges, les verts (de l’émeraude à l’aigue marine), que je retrouve dans la peinture de la fin du XIXe siècle. Les bleus et noir de la peinture contemporaine d’Yves Klein ou de Nicolas de Staël.

 

www.pascalallaman.fr

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s