Exposition d’Estelle Amiaud Levy

Exposition Le Miroir d’Estelle Amiaud Levy

6 décembre 2019 – 5 janvier 2020

Square Gastaud Monaco 

 

 

Affiche Linkedin.jpg

 

 

Qui est Estelle ?

 

Révéler l’extra dans l’ordinaire, se plonger dans le quotidien pour en extraire la substantifique beauté et l’offrir aux yeux de celui qui regarde. C’est là toute l’ambition de cette artiste sensible au parcours riche en expériences artistiques diverses et qui a trouvé dans la photographie le chemin idéal pour toucher le coeur de l’autre. De son petit village vendéen, Estelle Amiaud-Levy, garde les souvenirs d’une vie simple en contact avec la nature et les gens. Cachée derrière sa timidité d’enfant, comme aujourd’hui derrière l’objectif de son appareil, elle s’adonne régulièrement à une observation quasi-contemplative de tout ce qui peuple son environnement. Elle surprend la veine sinueuse de la feuille sous la goûte étincelante de rosée; le nuage de poussière mystérieux soulevé par la roue de son vélo turquoise, le fond tumultueux de l’océan dans le regard sombre et profond de son père. Peut-être n’est-ce simplement que cela… être artiste.

 

S’extraire de soi, de son enfermement égocentrique, pour faire face au monde. Regarder avec nos yeux mais aussi avec tout notre être. Avoir le courage de s’ouvrir à tout ce qui s’offre à nous, et de soulever le voile sans jamais avoir peur de ce que l’on risque de trouver en dessous. C’est ce courage et cette curiosité qui vont pousser la jeune femme jusqu’à la grande ville : Nantes. Son irréductible soif d’apprendre, de comprendre le monde et ses semblables va trouver un terrain de prédilection dans la psychologie qu’elle étudie à l’Université. Au même moment l’univers de la mode lui fait de l’oeil et là encore, elle soulève le voile… Nourrir son désir d’ aventure, découvrir, comprendre, cueillir les fruits d’une nouvelle vie. Et puis soudaine, saugrenue… sa rencontre avec l’appareil photographique. Elle joue avec lui, apprend à se faire désirer, à donner du glamour, du clinquant, de la beauté, du rêve. Grâce à son métier de modèle, son quotidien se transforme et se fait voyage. Elle parcourt le monde, se libère. Elle observe, découvre, encore et encore. Un acte manqué joliment réussi, pour cette jeune femme réservée que l’on n’aurait pas prédestiné aux podiums des défilés et à l’exhib sur papier glacé. Mais Estelle Amiaud Levy emmagasine les diverses étapes de sa vie comme autant de pierres à l’édifice de sa créativité. Un peu comme on changerait de planète pour y chercher de l’oxygène, elle cabriole d’art en art. Elle suit une formation de jeu devant la caméra et on la retrouve… sur les planches ! Le don du paradoxe ne se cultive pas, il se vit ! Le théâtre va encore une fois la pousser hors de sa zone de confort… Et c’est à ce moment là que l’appareil photographique devient son compagnon de prédilection. Comme pour contraster avec l’impudeur de cette scène qui déshabille les âmes, elle va de plus en plus souvent se retrancher derrière son objectif pour cristalliser les infimes instants de poésie que l’oeil pressé ne peut surprendre. C’est sans doute au coeur de ses racines et de son parcours singulier qu’il faut chercher les raisons d’une démarche artistique dont la quête fondamentale est l’authenticité.

 

 

Le miroir

 

 

Le Miroir d’Estelle ?

 

Mais que pourrait bien nous dire cet objet de toutes les vanités et de tous les narcissismes, compagnon quotidien de l’artiste Estelle Amiaud-Levy pendant tout son parcours de modèle ? Nous savons qu’il peut être impitoyable quand il révèle nos imperfections, nos yeux cernés de noir après une courte nuit, cette nouvelle ride qui se creuse, témoin du temps qui passe … inexorablement. Mais son rôle est-il simplement de refléter notre apparence, notre forme esthétique ? N’y-a-t-il pas dans la démarche de se placer devant son miroir quelque chose de l’ordre de la redécouverte et de l’affirmation de soi ? Comme une porte ouverte sur l’âme humaine, cet objet énigmatique a intéressé les philosophes de l’Antiquité, les théologiens du Moyen-Âge, les humanistes de la Renaissance. Il a été évoqué et étudié en peinture, en littérature, en philosophie, en métaphysique et en psychanalyse. Il renferme tant d’images, tant de symboliques diverses  qu’il a depuis des siècles alimenté les contes de notre enfance, les mots des poètes, les légendes et les superstitions les plus obscures.

Pourquoi ? Parce qu’il est, par essence, un objet de contradiction et de mystère. Plus qu’une chose, il est un lieu où s’opposent des forces diverses : le réel et l’imaginaire, la surface et la profondeur, l’ombre et la lumière. Lao-Tseu disait : « Prendre conscience c’est transformer le voile qui recouvre la lumière en miroir ». Cette prise de conscience de soi face à cet objet qui réfléchit notre image, nous conduit de manière irrémédiable à « réfléchir » à notre tour… sur notre être intime, sur notre spécificité, sur nos expériences passées… sur le sens profond de notre existence.

 

C’est donc cette constatation quasi phylosphique qu’est née la démarche d’Estelle Amiaud-Levy. Son questionnement sur cet objet du quotidien, sur le geste apparement banal de se placer face à son reflet, a nourri l’inspiration de la photographe dans la réalisation de portraits intimistes, tous différents les uns des autres. En effet, bien que l’approche du sujet soit commune à toutes les photographies, l’artiste a cherché à mettre en exergue les histoires différentes que nous racontent ces personnages, modèles d’un jour. Pour cela, elle a pris le temps d’aller vers eux, de les mettre en confiance pour les faire se raconter, et plus tard se livrer sans voile au regard du miroir. De ces conversations-partages vont émerger le lieu où Estelle Amiaud-Levy va placer le miroir, l’atmosphère au sein de laquelle le modèle pourra se poser en toute sérénité, un objet important dont la présence rassure quelque part sur le cliché… Après avoir créé les conditions propices à la conversation intime et à la confidence, la photographe va se faire discrète pour quasiment s’effacer et surprendre celui qui se regarde dans ce miroir emblématique. Au coeur de cette expérience étrange de regardeur regardé, le sujet ne se donnera pas à l’objectif, mais à lui-même. C’est sans doute par cette mise en abîme, très caractéristique du théâtre, que va pouvoir naître la magie et l’originalité de ces oeuvres photographiques. Par le truchement du miroir, seul élément identique et immuable, se révèle le message de l’artiste. Elle nous exhorte à nous faire face et à nous aimer tels que nous sommes. Avec nos douceurs et nos rugosités, nos joies et nos désastres, et tout ce qui fait de nous des êtres de chair, de sang et d’impalpables émotions. Aussi, elle nous invite à regarder l’autre avec cette même honnêteté, à le respecter dans sa différence et à l’aimer pour ce qu’il a de plus unique, de plus essentiel.

 

Le miroir.jpg

 

Dans notre monde où tout va tellement vite, suspendre le temps quelques heures peut sembler une entreprise difficile. Pourtant nous savons tous à quel point il est salutaire de s’octroyer une pause au sein de ce rythme effréné, comme un cadeau que l’on se ferait à soi-même. S’arrêter, respirer, converser autour d’une boisson chaude, prendre le temps de se raconter, rire ensemble, se remémorer des souvenirs que l’on croyait enfouis, regarder ce qui nous entoure, nos objets familiers, avec un regard neuf, scruter le silence… puis enfin poser les yeux sur ce reflet et se redécouvrir.

C’est tout cela que vous propose de vivre Estelle Amiaud-Levy au travers de cette expérience artistique quasi méditative. Son objectif : vous offrir un moment exceptionnel, hors du temps… avec vous-même. Elle vous rend visite dans les lieux qui sont les vôtres. Elle prend le temps de vous découvrir, de vous écouter, de vous parler aussi… De vous mais aussi d’elle, de son travail et de sa démarche d’artiste.

 

Sans doute conserverez-vous le souvenir de ces heures précieuses et authentiques, auxquelles vous songerez à chaque fois que votre regard croisera celui du portrait…

Alors peut-être réaliserez-vous à quel point votre unicité vous rend extraordinaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s