Urban garden de Hierro

Vernissage …A la Menuiserie- Centre d’Art

116 bd de la Madeleine-Centre d’Art.
Cour intérieure Bleu de France. 06000 Nice

 

Du 5 Mars au 29 Mars 2018, Jean-Antoine HIERRO sera en résidence à l’espace d’Art La Menuiserie
pour y travailler, y inviter des amis artistes peintres, musiciens ou grands chefs, pour des moments de création et de partage sur le thème de l’Art et de sa place dans notre quotidien. « URBAN GARDEN » un jardin de liberté dans lequel ils essayeront de libérer leurs énergies positives comme contrepoids à un quotidien urbain souvent anxiogène. Le résultat de ce travail in situ sera présenté au Vernissage de l’exposition, le 29 Mars 2018 jusqu’au 15 avril.

Les œuvres seront ensuite transportées cet été dans les ateliers de la Galerie 345 à New York, où il sera en résidence un mois également pour réaliser le deuxième volet de ce voyage artistique, y rencontrer des artistes peintres et musiciens français et new-yorkais, échanger et partager leurs énergies. L’exposition complète « des œuvres, photos et films réalisés pendant cette double aventure sera exposée à Nice début 2019.

Un grand grand remerciement aux partenaires qui soutiennent ce projet : La Menuiserie, Robert Roux et les Pressings Bleu de France, Benjamin Mondou et l’agence Century 21, Cote Magazine, Cote TV, Laurent Lachkar et Lachkar Motos, Philippe et Pierre Ippoloto et Azur trucks, Franck Obadia et la Cave Bianchi, la Galerie 345 à New York.

HIERRO INSCRIT SES HIEROGLYPHES SUR LA TOILE

 

 

Inv -UrbanGarden-29 3 18h

Les arabesques dansent sur la toile; les couleurs froides ou chaudes font la fête et dans un coin d’étranges inscriptions semblent vouloir dire qu’il y a d’autres lectures possibles. Tout ne réside pas dans le bonheur des lignes et l’harmonie des orangés ou des bleus.
On pourrait recevoir les tableaux de Jean-Antoine Hierro dans la simple contemplation de toiles éblouissantes qui ruissellent de bonheur. Car, comme il l’avait montré lors d’une précédente exposition, seul l’art console. Les rues de Barcelone venaient d’être ensanglantées et Jean-Antoine Hierro avait inauguré son exposition « Always the sun » à Nice, chez 4-Auction pour dire que les pires attentats ne sauraient atteindre l’élan vital et tuer le soleil, que la peinture, dans le sillage de grands maîtres comme Picasso ou Miro, ne peut se diluer dans le sang.
Mais, par-delà cette volonté de vivre et d’affirmer la pérennité de l’acte de création, Hierro se trouve tiraillé entre des pulsions qui le rivent à ses couleurs pendant des journées entières et le doute qui, à l’heure du couchant, obscurcit son ciel. Cet artiste généreux, lyrique et complexe, originaire d’Espagne, s’interroge. Et si cette peinture n’était pas suffisamment aboutie, si la voie sinueuse suivie à travers le design, la scénographie d’opéra et la haute couture transmuée en robes sculptées ne devait pas aller explorer encore d’autres contrées… Jean-Antoine Hierro va sans doute arpenter d’autres chemins mais pour l’heure ses peintures fascinent et les collectionneurs ne s’y trompent pas. De plus en plus nombreux à NewYork, Miami, Singapour ou Hong-Kong, ils cèdent au chant de ces symphonies colorées où se bousculent les références et où des hiéroglyphes introduisent une autre dimension. Comme si quelque message secret s’y cachait.
Libre, inclassable, paradoxal, Jean-Antoine Hierro poursuit depuis des années son chemin à l’écart des fâcheux. De ceux qui « savent », décrètent, assènent des vérités très relatives, plus proches du goût du jour que de la conviction. L’artiste n’a que faire des discours sur l’art ou sur la nouveauté. Il suit ses impulsions, un point c’est tout.

Après avoir été près d’un mois en résidence à l’espace d’art « La Menuiserie », à Nice, il expose à présent le fruit d’un travail poursuivi tour à tour dans un silence contemplatif ou accompagné par des artistes musiciens.
Des œuvres vivantes, à la fois figuratives et abstraites qui se déploient sans contraintes ni limites dans ce que l’artiste a choisi de nommer « Urban Garden ». « Un jardin de liberté – dit-il – dans lequel nous essayons de libérer nos énergies positives comme contrepoids à un quotidien urbain anxiogène ».
Après cette exposition niçoise, les peintures traverseront l’Atlantique pour être exposées à la galerie 345, à New-York, où Jean-Antoine Hierro sera en résidence durant un mois afin de réaliser le second volet de ce voyage artistique riche en échanges et découvertes.
Début 2019, l’exposition complète des œuvres, photos et films réalisés au cours de cette double aventure se tiendra à nouveau à Nice. Avec, à la clé, à n’en pas douter de nouvelles surprises.
Texte de Nicole Laffont

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s