TAITTINGER, 51ème PRIX CULINAIRE INTERNATIONAL LE TAITTINGER

UNE EDITION EXCEPTIONNELLE, SOUS LA PRESIDENCE D’EMMANUEL RENAUT
 – EDITION 2017

 Lundi 20 novembre 2017, 6h30, il est temps pour les huit candidats de se lancer dans la 51ème édition du Prix Culinaire International Le Taittinger.

C’est une fois de plus au sein de la célèbre Ecole Ferrandi (Paris VIème) que s’est déroulée la compétition. Comme chaque année, l’huissier procède au tirage au sort des commis qui auront la lourde tâche d’assister les jeunes chefs pendant ces heures décisives.

Le thème du concours est le suivant : « Gibier à poils accompagné d’une sauce ou d’un jus dans une saucière et de trois garnitures : une garniture à base de pommes de terre, une garniture à base de potimarron et châtaignes et une garniture libre ». La veille, lors d’un tirage au sort effectué dans les règles de l’art sous contrôle d’un huissier, le Cerf a été désigné. Les candidats qui ne disposent que de quelques heures pour adapter leur recette ont également dû travailler sur la recette imposée suivante : « Interprétation de tartelettes aux coings et figues présentées sur assiettes décorées ».

Pour la cinquième année consécutive le Prix Culinaire est porté par Emmanuel Renaut qui, depuis 2013, préside le jury d’une main de maître. Chef du « Flocons de Sel », 3 étoiles au guide Michelin, il apporte généreusement son énergie et sa bienveillance à ce concours tout en veillant à l’équité entre les candidats des différentes maisons, renommées ou plus modestes.

Il est épaulé dans cette mission par le comité d’organisation et le jury dont les membres, par leur parcours d’exception et leur professionnalisme, font figure d’exemple pour les candidats.

Le Jury de cuisine regroupait quatre chefs : Bernard Leprince, Christian Née, « La Pyramide » 2 étoiles Michelin, Amandine Chaignot du « Rosewood Hotel London » et Lars Van Galen « Larnsnik » 1 étoile Michelin Pays-Bas.

Le Jury de dégustation réunissait quant à lui Marcel Ravin du « Monte Carlo Bay » 1 étoile Michelin, Michel Roth, du « Président Wilson » Genève, 1 étoile Michelin, Pierre Résimont de « l’Eau Vive » Belgique, 2 étoiles Michelin, Stéphane Decotterd, du «Pont de Brent » Suisse, 2 étoiles Michelin, Michel Roux, «Le Gavroche » Londres, 2 étoiles Michelin, Hiroshi Horita, du «Mange Tout » Tokyo, 1 étoile Michelin et Sonja Frushammer , 1 étoile Michelin. Sans oublier les chefs invités, Stéphanie Le Quellec, « Le Prince de Galles » Paris, 1étoile Michelin, Christophe Bacquié, de « Monte Cristo » Le Castelet, 2 étoiles Michelin, Ulf Wagner, « Sjomagasinet » Göteborg Sweden, 1 étoile Michelin, Jonathan Zandbergen et Christophe Raoux,  The Peninsula Paris.

Après ces heures de travail appliquées et un comptage des points sous contrôle d’huissier, la remise des Prix s’est déroulée dans le cadre somptueux du Peninsula Paris idéalement situé au cœur de la capitale à côté de la mythique place de l’Etoile. Ce palace devenu en quelques années l’un des hauts lieux de la Gastronomie Française, véritable emblème de l’excellence et du savoir-faire, était l’endroit parfait pour ancrer le rêve de nos jeunes chefs. Le dîner, imaginé et conçu par le talentueux Chef Christophe Raoux, Meilleur Ouvrier de France 2015, illustrait parfaitement  le niveau recherché par chacun d’eux.

La cérémonie a débuté par un discours engagé de Pierre-Emmanuel Taittinger qui a tenu à rappeler que la liberté devait être farouchement protégée, que les goûts, les envies des uns et des autres ne devaient en aucun être annihilés par des discours moralisateurs. Paroles largement applaudies par les représentants de blanc vêtus les plus farouches de l’excellence et de la démesure.

Amandine Chaignot, égérie lumineuse de la gastronomie, a révélé peu à peu le palmarès qui couronne cette année et pour la deuxième fois, l’esprit de transmission d’une grande maison suisse, l’Hôtel de Ville à Crissier. C’est au chef Tom Meyer que revient le trophée tant convoité.

Le second chef du palmarès 2017 est le Japonais Tomoaki Sakata de l’hôtel Intercontinental Tokyo Bay, tandis que la France complète la troisième marche de ce podium envié en la personne de Romain Masset du Restaurant Régis et Jacques Marcon.

Les cinq autres finalistes, Yohei Hosaka, Yohan Gerard , Sander Van Zantvliet, Matthias Walter et Tom Scade ont également réalisé des plats sensationnels et repartent avec le sentiment d’avoir tout donné.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s