Gabrielle CHANEL

Qui est-elle ? Que sa silhouette menue ne trompe personne. Gabrielle est une femme libre avant tout. Une inconditionnelle de cette indépendance à laquelle les femmes de son époque ne pouvaient prétendre. Une amoureuse, une passionnée, une insoumise qui a toujours fait fi des obstacles qui lui barraient la route vers le destin qu’elle s’était choisi. Est-ce sa détermination à conjurer le sort qui a fait d’elle cette femme de tête et de courage ? Est-ce sa jeunesse solitaire d’orpheline qui a modelé sa personnalité hors normes et qui lui a dicté de choisir son destin, d’inventer sa vie ?

Enfant, elle était Gabrielle. C’est le prénom qui la définit avant tout autre. Celui qui, sans doute, lui donna ces fameuses ailes pour sortir de la condition sociale à laquelle sa naissance modeste la destinait. La société l’aurait voulue docile, soumise, simple petite cousette qui apprit à manier fils et aiguilles. Gabrielle en a décidé autrement : elle sera une femme de mode, cultivée, courtisée, entourée, libre de toutes contraintes, faisant fi des regards réprobateurs et « bien-pensants » de l’époque. Paris ne l’attend pas, elle va le conquérir à force de travail et d’audace. « Je veux être de ce qui va arriver » aimait-elle répéter : Gabrielle va écrire son histoire et ne laissera jamais quiconque le faire à sa place.

Avant-gardiste dans son âme comme dans sa création, elle va inventer un style, révolutionner la mode et même, au fil du temps, la joaillerie et l’univers du parfum. Gabrielle initie une attitude, une allure jamais vue et, aujourd’hui encore, comparable à nulle autre. Au fil de ses rencontres amoureuses, de ses voyages, des liens qu’elle tisse avec les plus grands artistes de son temps, Gabrielle forge en parallèle le personnage de Coco, la créatrice mondialement connue et admirée. À l’une comme l’autre, rien ne fait jamais peur, aucune porte n’est restée close. Mais c’est bien elle, Gabrielle, qui en filigrane, est l’instigatrice de cette nouvelle féminité, de ce nouveau mode de pensée qui incite les femmes à se libérer des codes imposés, à vivre par elles-mêmes et pour elles-mêmes. C’est encore elle, Gabrielle, qui devient leur modèle et qui, aujourd’hui encore, reste une icône, une inspiration pour toutes les femmes.

PA2017_09_0009 rec.jpg

Un message actuel, intemporel et inspirant. Qui encourage à devenir celle que l’on a toujours désiré être au plus profond de soi, sans jamais, comme Gabrielle, y renoncer. La femme comme la créatrice n’ont jamais suivi que leurs intuitions et leurs envies. L’esprit frondeur de Coco et l’audace de Gabrielle ont donc été naturellement réunis en 1921 dans un parfum, N° 5. Au fil du temps, chaque parfum de la Maison a évoqué un chapitre de son histoire, illustré un amour, une amitié, un lieu, un souvenir, un voyage, qui ont émaillé son incroyable vie. Ultime élégance de la femme, le nouveau parfum Chanel exprime cette fois toute la personnalité de Gabrielle, ses facettes publiques et privées, son tempérament indomptable et son âme amoureuse. En 2017, Gabrielle devient un parfum, une ode à la femme CHANEL, à sa créatrice et, à travers elle, à toutes les femmes, de tous âges et de tous horizons. L’allure, la façon de marcher, le style, l’identité si marquée, le caractère tranché, la passion, la volonté, l’insoumission.

Un prénom mis à nu

Rue Cambon, ses premières d’atelier, comme le personnel de la boutique mythique, l’appelaient Mademoiselle. Seuls les intimes s’autorisaient à la nommer Coco, un surnom qui finira par entrer dans la légende que l’on connaît. Si Coco est l’esprit de Chanel, Gabrielle en est l’incarnation. D’un rôle à l’autre, c’est Gabrielle qui guide et mène le jeu. C’est à l’inventrice Gabrielle que la créatrice Coco doit ce qu’elle est. Gabrielle, son prénom de naissance, inscrit sur son état-civil, relie Chanel à son authenticité la plus pure, dépouillée de tout artifice. Cet état-civil évoque une vérité intime et sans fard. Une sincérité absolue qui s’adresse à toutes celles qui ont décidé d’exprimer ce qu’elles sont sans retenue, à travers différents rôles choisis sans jamais se soumettre à l’un ou à l’autre.

Faisant fi des conventions et de leur fatalité, GABRIELLE CHANEL n’est pas un parfum qui murmure. C’est le parfum d’une femme qui fait le choix de l’insoumission jusqu’à la création de soi. Au nom de cette insoumise dont le coeur bat en chaque femme, il agit comme un révélateur d’identité propre. Il met l’aura naturelle en exergue et ne se soumet à aucune volonté extérieure.

Le parfum GABRIELLE CHANEL invite les femmes à avoir foi en ce qu’elles sont et en ce qu’elles sont capables de réaliser afin de suivre leur propre « voix ». Car c’est précisément dans cette estime de soi et cette confiance en soi que s’enracine leur force inébranlable, pour assumer une ambition conquérante de s’accomplir.

PA2016_21_0006.jpg

Une leçon d’épure

À jus d’exception, flacon d’exception. Pour ce parfum d’insoumission, il fallait un flacon inédit, un flacon essence de tous les flacons CHANEL. À l’image de cette vérité sans fard, le verre du flacon n’a jamais été aussi fin, pour que le jus rayonne pleinement. Alors que l’idée du luxe s’associe souvent au poids du verre, la Maison CHANEL fait le pari inverse. Il faudra des mois, et même des années pour développer ce flacon aux parois si fines. Ce carré, dont la forme évoque les lignes singulières des parfums iconiques de CHANEL, s’offre un nombre considérable de prouesses technologiques de fabrication. La marloquette – la goutte de verre que l’on voit habituellement au fond des flacons – a été repoussée vers l’extérieur puis polie.

De profil, les parois de verre convergent vers le centre du flacon où l’étiquette carrée – de la même taille que celle du capot – est posée de manière à ce que chaque facette révèle pleinement la lumière. La couleur du lamé mat du bouchon, à la frontière de l’or et de l’argent, qui habille également l’étui, est directement inspirée des tissus Haute Couture conservés au Patrimoine de la Maison. Une teinte qui fait également écho à la lumière de la fragrance. Et, à l’instar de la perfection d’une doublure de veste, l’intérieur de l’étui au procédé de gaufrage breveté, agit comme un véritable écrin de flacon. Ainsi, lorsqu’on sort le flacon de l’étui, celui-ci apparaît d’abord enveloppé d’un gaufrage reprenant l’exacte empreinte de sa silhouette. Une façon de célébrer le luxe véritable et de révéler la lumière intense concentrée dans le flacon biseauté.

_CHA5390 CMJN_RET - recadree.jpg

Une vibration solaire

S’il ne fallait en choisir qu’une, quelle serait-elle ? Quelle fleur pourrait à elle seule incarner la féminité libre et absolue du parfum GABRIELLE CHANEL ? Si les fleurs figurent toujours dans le sillage des parfums CHANEL, elles ne sont jamais mises à nu, jamais traitées littéralement. Plongées dans l’abstraction, enrobées de bois ou de baumes, elles se tiennent au service d’une architecture. Avec le parfum GABRIELLE CHANEL, le parfumeur Olivier Polge, en collaboration avec le Laboratoire de Création et de Développement des Parfums CHANEL, leur donne la parole comme jamais auparavant. Il compose alors une fleur rêvée, une corolle explosive, un tourbillon de pétales. Un vertige si blanc que sa lumière semble rayonner sur la peau. Cette pure création de l’esprit imagine un idéal de fleurs blanches. Elle fait appel à toute la palette des variétés de fleurs déjà inscrites dans l’histoire des Parfums CHANEL. Ainsi, Olivier Polge commence par sélectionner l’ylang ylang, le jasmin et la fleur d’oranger, ainsi qu’une touche de tubéreuse désormais cultivée à Grasse. Mais il va bien plus loin dans sa compréhension des fleurs blanches. En déclinant leur gamme, en décortiquant leur partition, il s’intéresse alors aux molécules qui les composent. Il augmente l’intensité du jasmin. Il greffe du velours supplémentaire sur les pétales d’ylang ylang avec des notes muscs blancs. Il accentue l’onctuosité de la tubéreuse avec du bois de santal lacté. Il hisse la fraîcheur de la fleur d’oranger avec de l’écorce de mandarine, un zeste de pamplemousse et une trace de cassis.

Sur la peau, cette fleur imaginaire ne se contente pas de livrer une vibration olfactive. Elle diffuse son pouvoir lumineux comme s’il s’agissait d’un halo floral. GABRIELLE CHANEL n’est pas un simple parfum, mais une véritable révélation.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s