Hercule Florence. Le Nouveau Robinson Vie et projets d’un inventeur monégasque du XIXème siècle au Brésil

Exposition prolongée jusqu’au 24 septembre 2017

 

Ce projet montre le résultat d’une recherche de cinq ans consacrée au travail de l’inventeur et artiste monégasco-brésilien Hercule Florence (1804-1879), le présentant pour la première fois au public européen. Linda Fregni Nagler et Cristiano Raimondi ont assuré le commissariat de cette exposition qui est accompagnée d’une publication rassemblant de nombreuses contributions internationales.​

 

59b514757c03f4e14c006ca63de02928_L.jpg

 

Inventeur de la zoophonie, système de notation musicale des chants d’oiseaux, et de la polygraphie, procédé d’impression basé sur les principes de la photographie, Hercule Florence mit au point un procédé photographique dès 1833 au Brésil, indépendamment des recherches menées en Europe à l’époque, et fut le premier à utiliser le terme de « photographie ».

Les dessins et les manuscrits d’Hercule Florence, ainsi que la première copie photographique de l’histoire des Amériques sont réunis pour la première fois dans une même exposition. Ce panorama très complet permet de retracer le développement de la pensée et du travail d’Hercule Florence. Sa méthode, qui passe par la copie, le dessin et la reproduction, manuelle ou automatique, constitue le thème central de l’exposition. La nécessité de reproduire en nombre ses propres travaux amena Florence à inventer des systèmes d’impression qui pourraient offrir une alternative à la gravure, tels que la photographie.

 

105.jpg

 

Le projet veut rendre à ce personnage célèbre sa vraie place dans l’histoire de la culture, et plus particulièrement de la photographie, tout en montrant les rapports entre sa démarche et celle de ses pairs. Un travail approfondi sur les origines de la photographie permet de faire un grand pas en avant dans la compréhension de cette figure complexe.

Parallèlement au corpus d’œuvres d’Hercule Florence sont présentées des oeuvres commandées pour l’exposition à des artistes tels que Lucia Koch, Jochen Lempert, Leticia Ramos et Daniel Steegmann Mangrané. Les artistes exposés ont été retenus pour leur capacité à établir une relation entre leur propre pratique et d’autres disciplines telles que la biologie, l’histoire, l’histoire des techniques et la météorologie. L’exposition met aussi l’accent sur l’ouverture disciplinaire et l’aspect scientifique de la recherche contemporaine et propose une conception de l’art comme exploration systématique de la recherche méthodologique et expérimentale.

 

057.jpg

140.jpg

 

 

www.nmnm.mc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s