Un chef d’œuvre retrouvé

Le 30 mai prochain, Artcurial proposera aux enchères Andromède, un rare marbre de Rodin à l’histoire exceptionnelle. L’oeuvre, longtemps considérée perdue, a été conservée par la même famille pendant 130 ans. Elle est estimée 800 000 – 1 200 000 €.

En 1888, le diplomate chilien Carlos Morla Vicuña demande à Auguste Rodin de réaliser en marbre le buste de sa jeune épouse, Luisa.

Archive portrait Carlos de Morla - © DR.jpeg

La sculpture est exposée la même année au Salon annuel National des Beaux-Arts à Paris. Elle emporte un tel succès que l’État francais souhaite s’en porter acquéreur pour le Musée du Luxembourg. Carlos Morla Vicuna accepte de céder le buste de son épouse par amitié pour la France. Il figure aujourd’hui dans les collections du Musée d’Orsay.

En remerciement de ce geste, Auguste Rodin offrit au couple chilien amis des arts Andromède (1887), un marbre blanc représentant une jeune femme nue repliée sur un rocher, un des plus beaux exemples d’une transposition moderne et sensuelle d’un mythe antique dans l’oeuvre de Rodin.

Dans les années 1930, Georges Grappe, premier conservateur du Musée Rodin, signale la sculpture comme étant sans doute encore dans la famille Morla. Depuis, on en avait perdu la trace…

Transmise de génération en génération, celle-ci était restée au sein de la même famille jusqu’à sa redécouverte en 2017 par les équipes d’Artcurial.

Trois des cinq autres exemplaires de cette oeuvre sont actuellement conservés au sein d’institutions muséales de premier rang tels que le Rodin Museum de Philadelphie, le Musée Rodin à Paris et le Musée National des Beaux-Arts de Buenos Aires.

L’exemplaire des Morla est le plus achevé dans sa transcription naturaliste.
« La redécouverte de ce marbre de Rodin, 130 ans après sa création, est un événement! Dans les anées 1930, Georges Grappe, premier conservateur du Musée Rodin, émettait l’hypothèse qu’Andromède serait sans aucun doute encore dans les mains de la famille Morla mais sans certitudes. Depuis, on en avait perdu la trace… »

Bruno Jaubert, Directeur associé
Département Art Moderne, Artcurial

Auguste Rodin Andromède 1887 marbre © Artcurial - 12
« Andromède nous attendait! C’est l’impression émouvante et rare que nous avons au en redécouvrant cette œuvre majeure de Rodin, conservée précieusement dans la même famille de génération en génération durant toutes ces années… »

Stéphane Aubert, Directeur associé
Comissaire-priseur, Artcurial

Expositions chez Artcurial :
Du 18 au 28 mars 2017, et du 26 au 30 mai 2017, à Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s